Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Aerotrash

Hélice quadripale: APC 9x6 encore...

14 Janvier 2012 , Rédigé par Guillaume Publié dans #TESTS HELICES

Bon, aujourd'hui j'ai tâté la Thin electric et la Slow Fly, et voici les résultats:

Coefficient de traction:

http://g.rouby.free.fr/PROPS_CHARTS/9x6apc_Ct.jpg

 

Coefficient de puissance:

http://g.rouby.free.fr/PROPS_CHARTS/9x6apc_Cp.jpg

 

Efficience:

http://g.rouby.free.fr/PROPS_CHARTS/9x6apc_Eff.jpg

 

Les données sont un peu merdiques, l'APC 9x6S (sport) ayant été testée avec un moteur différent et à une vitesse de rotation sensiblement supérieure... pas très sérieux tout ça!

Il faut aussi noter la vitesse de rotation relativement faible, donc un nombre de Reynolds faible. D'après l'UIUC, il faut s'attendre à une amélioration des performances à des vitesses plus élevées, assez grande pour les Thin Electric et Sport, beaucoup plus limitée pour les Slow Fly.

On peut quand même noter la grande similitude entre les performances de la Thin Electic et celles de la Sport. La Sport a des pales légèrement moins larges et plus épaisses, elle est à peine plus lourde, ...et beaucoup moins chère.

Les performances de la Slow Fly semblent plutôt bonnes, à 4250 tr/min en tout cas, il est probable que l'avantage sur les deux autres bipales ne se fasse plus sentir à des vitesses de rotation plus élevées. 

On doit noter également la dispersion notable des points de mesures, surtout concernant la Slow Fly, particulièrement visible sur les graphes de l'efficience. Dans la thèse de Monal Pankaj Merchant (2004), de l'Université de Wichita, il est fait allusion aux tests conduits par K.M. Asson (1992), qui montrent le même genre de dispersion, attribuée à des phénomènes de vibrations. Il est clair que ma soufflerie est perturbée par des vibrations sur une certaine plage de vitesse, de plus la mesure de la poussée perd en précision lorsque cette dernière est faible et que la vitesse est élevée. Cependant il semblerait que la dispersion observée se retrouve de la même façon sur les points de mesures des coefficients de traction et des coefficients de puissance. Or la mesure du couple dans ma soufflerie ne se fait pas via une balance ou un dynamomètre, mais par le biais des paramètres du moteur entraînant l'hélice, ce qui me laisse penser que j'ai plutôt affaire à un phénomène aérodynamique... difficile à dire! l'enquête continue...

J'en profite pour faire la remarque que les coefficients de puissance (donc en conséquence l'efficience) rapportés dans la thèse de Merchant semblent être moins pessimistes que ceux de l'UIUC, et plus proches de ce que je constate de mon humble côté.

Enfin, concernant la quadripale, qui est quand même le sujet central de ces tests, je peux juste dire que le miracle ne s'est pas produit, et qu'elle n'atteind pas des performances particulièrement remarquable, bien qu'il soit possible qu'elle soit meilleure que des bipales de qualité vraiment mauvaise. Son prix est exorbitant! mais il est vrai qu'elle a de la gueule...

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article